Le désastre des lois sur la prostitution en Grande-Bretagne


10 avril 2014  - 
0
Partagez
Le désastre des lois sur la prostitution en Grande-Bretagne
Mieux vaut un mal connu qu’un bonheur incertain. C’est comme ça que se défini la régulation de la prostitution en Grande-Bretagne.

 

Sally renonça à un travail en tant que gérante pour se consacrer à la vente de sexe. Elle travaille indépendamment sans faire référence à un proxénète ou une maison close . Elle ne se sent pas comme une victime et profite du faite d’avoir un control absolu du quand et comment. Ses clients se composent majoritairement d’hommes même si elle a aussi quelques femmes. En aucuns cas se sont des criminels ou des violeurs, se sont des gens qui se sentent seul. Mais si le Gouvernement suit les recommandations faites par le Parlement qui publia un document le trois mars dernier ses clients passeront à être considérés comme des contrevenants de la loi.

Criminaliser le client

 

L’informe des politiciens poursuit un réajustement des lois confuses sur la prostitution de l’Angleterre et du Pays de Galle, car, selon ce qu’argumente le groupe parlementaire, la législation ne protège pas les femmes vulnérables, mais criminalise les travailleuses sexuelles en faisant que leur réintégration social soit très difficile, la demande de services et l’exportation sexuelles ne se réduit pas de la part des hommes. De plus, ils signalent qu’ils ne reconnaissent pas la prostitution comme une forme de violence contre les femmes. Pour ces raisons, le groupe a poussé les recommandations pour que l’achat de sexe soit un délit et le renforcement de la loi contre les proxénètes et la prostitution de mineurs.

 

Le chemin que marqua la Suède

 

La Suède, qui a criminalisé l’achat de sexe dans les années 1999, est citée comme l’inspiration du modèle, même si c’est risqué. Premièrement, le nombre de prostituées dans la rue s’est vu réduit considérablement mais bientôt il s’élèvera de nouveau, selon ce que dit Jay Levy, qui a écrit un livre à ce sujet. Il manifeste qu’il est difficile de conter ces filles qui exercent dans les rues car elles se sont retirées dans les lieux reculés ou dans des rues moins fréquentées. Beaucoup d’entre elles, après la réforme en Suède passeront à se prostituer online et non dans les rues. Les travailleurs sociaux sont réticents à faciliter les préservatifs pour ne pas favoriser la prostitution.  Les clients qui achètent le sexe online craignent à donner n’importe quelle information personnelle qui puisse les identifier, quelque chose que les prostituées apprécient car cela leurs apportent un peu de sécurité. Avant, les hommes pouvaient faire appel à la police si ils pensaient qu’une prostituée était soumise à exercer de force, après cette loi, à être criminaliser, ils ne le font plus.

 

Conséquences en Grande-Bretagne

 

Les personnes qui travaillent avec les prostituées en Grande-Bretagne craignent que les nouvelles propositions du Parlement attirent les mêmes conséquences qu’en Suède. Georgina Perry, de Open Dors, est une infirmière dans une clinique de l’Est de Londres qui offre des soins pour la santé des prostituées, a souligné qu’aucune forme d’interdiction ne réduira la prostitution, seulement qu’elle la rendra moins visible en l’éloignant des rues centrales.

 

Les escortes se préoccupent car elles croient que celles qui se feront agresser ne dénonceront pas l’agresseur à la police pour ne pas être surveillée et qu’on ne puisse pas poursuivre le reste de ses clients endommageant ainsi son affaire et source de revenus. Alex Bryce de Ugly Mugs, une organisation qui aident à ce que les prostituées dénoncent la violence à laquelle elles sont soumises, a commenté qu’il connaît un policier qui désire que la loi se durcisse et punisse ces adultes qui achètent du sexe avec d’autres adultes en privé.

 

Chrétiens, féministes, conservateurs et travaillistes contre le client

 

Gavin Shuker, leader du groupe qui travaille sur le thème de la prostitution et membre du parti Travailliste au Parlement, a souligné que la législation de la prostitution en Grande-Bretagne est un casse-tête et a critiqué qu’il n’a aucun principe à suivre clairement, cependant, les abolitionnistes ont un objectif clair.

 

Le groupe de la prostitution du Parlement est composé de membres les plus dissemblables. Des neuf conservateurs, sept ont voté contre le mariage gay en 2013, quelques uns ont aussi voté pour réduire la période de l’avortement. L’investigation finalisée sur le groupe est soutenue par Care, une organisation chrétienne de charité. Les travaillistes qui composent le groupe sont formés par des féministes et des chrétiens. Quel mélange.

 

En contraposition aux pays scandinaves, les féministes ne sont pas une force politique puissante en Grande-Bretagne, de même pour les chrétiens. Même ainsi, la forme suédoise de procéder pourrait arriver à former partie de la politique anglaise. D’un côté, les hommes qui ne veulent pas être vus comme patriarches oppressifs, et de l’autre côté, les femmes qui ne veulent pas paraître peu solidaires.

 

L’Union Européenne derrière la Suède

 

Même comme ça, il ya une résolution non vinculant du Parlement Européen qui recommande une législation similaire à ses Etats membres. Donc si la Grande-Bretagne ne suit pas le chemin de la Suède, peut-être qu’elle suivra bientôt celui de l’Union Européenne, qui est tout aussi déprimant.

 

La Coexistence de Botella à Madrid

 

A Madrid, la Mairesse Ana Botella, sorti à la lumière à la fin de l’année 2013 le brouillon de la Coexistence, que cherche à imposer l’ordre dans les rues par biais d’amandes aux vagabonds, prostituées et tout ceux qui font quelque chose en dehors de travailler et dormir.

 

La Mairesse est venue comparer les vendeurs de mouchoirs aux feux tricolores, aux laveurs de pare-brises et aux mendiants d’autres pays qui enseignent ses membres amputés avec les clients de la prostitution. Et avec ceci la Mairesse s’est sentie très satisfaite, ses poires et ses pommes, ses amandes au défilé de l’Orgueil Gay et sa forme d’enlever de la vue la prostitution  sans arriver à offrir quelque chose qui aide à améliorer la situation de ces femmes, la plupart du temps aux mains de la mafia internationales, elle a laissé une mer à déguster, maintenant je peux profiter d’un café au lait relaxant chez Plaza Mayor. Au moins, le Monsieur sera vanter, le règlement indique expressément que les prostituées ne seront puni en aucun cas, pour les considérer comme des objets de l’exploitation de son activité.

10 avril 2014  - 
0
Partagez


* Le commentaire sera publique après révision.