L'HOMOSEXUALITÉ QUELQUE CHOSE DE COURRANT ET HABITUEL.

Il y a beaucoup de femmes qui désirent coucher avec d'autres femmes. L'une des manières les plus idéales pour le mettre en pratique est de prendre un escorte qui offre la relation de lesbienne dans sa variété de services.

06 mai 2017  - 
0
Partagez
L'HOMOSEXUALITÉ QUELQUE CHOSE DE COURRANT ET HABITUEL.

L'homosexualité a cessé d'être un tabou dans notre société, maintenant la sexualité commence à être vécue avec une totale liberté en ce qui concerne les goûts et choix. Pourquoi certains déphasés s'entêtent-ils à dire aux autres avec qui ils peuvent coucher ou vivre une vie de couple?

Il y a beaucoup de femmes qui désirent coucher avec d'autres femmes. C’est pour cela, l’unique manière d'examiner ce qui les attire est de finir par confesser à leurs partenaires désirs et ainsi, pouvoir les réaliser. L'une des manières les plus idéales pour le mettre en pratique est de prendre une escorte qui offre la relation lesbienne dans sa variété de services.

Les escortes peuvent être une option parfaite quand on désire accompagner notre compagne dans ses fantaisies avec une autre femme sans oublier la discrétion, l'hygiène et le professionnalisme.

Femme contre femme

En quelque sorte, il semble que la plupart des femmes agissent d'une manière secrète et vivent leurs fantaisies sans que personne ne s’en rende compte. Le pourcentage de femmes qui confessent avoir eu des relations sexuelles avec une autre femme est, très surprenant : dans une enquête réalisée aux EEUU 43 % des participantes le reconnaissent.

Dans une société dans laquelle les gens agissent, elle n’agit pas seulement, mais elle agit avec liberté, chacun devrait pouvoir jouir du sexe avec qui on veut, un homme ou une femme, sans le besoin d'avoir à se mettre une étiquette, bien que si on le fait, ça devrait aussi être accepté.

Ce qui est certain, est que dans les pays occidentaux ils sont en majorité de plus en plus tolérants en ce qui sort de la norme et voient un besoin d’aider tout ce qui est différent.

Qui est-ce qui ne jouirait pas d'un monde sans la répression sexuelle où une femme peut choisir un compagnon ou compagne de lit sans la peur d'être jugé ou dans laquelle un homme peut profiter des escortes quotidiennement sans être jugé ? En définitif, c'est un travail de tous, bien que les lois ouvrent le chemin et l’inculque indubitablement, de là, l'acceptation des homosexuels d’un 6 % en Espagne en 2007 et maintenant d’un de 88 %.

Une enquête révélatrice au EEUU

Comment te sentirais-tu si ton chef était ouvertement homosexuel ou bisexuel ? Et si ta supervisatrice était, pour elle et pour le monde, lesbienne ? Crois-tu qu'une personne peut être homosexuelle ou hétérosexuelle si on lui propose? Es-tu d’accord avec discrimination de tout ce qui ne marche pas sur le chemin de l'hétérosexualité ?

Des questions comme celles-ci se sont lancées dans une enquête pour savoir le degré d'acceptation de l'homosexualité dans la grosseur de la population américaine, et, encore plus important, pour savoir la répercussion des mesures des gouvernements des états en ce qui concerne une politique LGTB (Lesbian Gay Transsexuelle Bisexuelle). Heureusement, l'idée de la discrimination et la peur envers cet ample collectif diminue à mesure que s’ouvre la voie avec les lois égalitaires.

Qu'est-ce qui se passerait si ce n'est pas une attitude de respect envers une autre orientation sexuelle mais seulement la peur de manifester le rétrograde qui peut arriver à être ?

Grâce à l'enquête mise en application par NBER, cette semaine nous avons des réponses concluantes à toutes ces questions. La société est-elle plus tolérante avec ce qui sort de la "normalité" ou seulement il est camouflé ?

C’est toujours aussi difficile de sortir de l’armoire.

L’enquête, avec l'intention de donner une complète liberté et confidentialité aux réponses des participants, est devenue en ligne. Les questions étaient dirigées à détecter le niveau d'acceptation de l'homosexualité et, plus loin, révéler des tendances homosexuelles. Les questions se sont posées d'une manière directe à un groupe (te considères-tu hétérosexuel ?) et indirect a d'autre.

Ça semble insignifiant mais ces deux manières de demander ont clarifié le manque d'honnêteté dans les réponses lorsqu’on leur demande sur le comportement et les croyances.

Ceux auxquels on a demandé directement, seulement 11 % de la population ont dit qu'il ne se considéré pas hétérosexuel (8 % d'hommes et 16 % des femmes), alors qu'entre ceux- où la question a été indirecte et avec une méthode anonyme de réponse, 19 % ont dit qu'il ne se considérait pas hétérosexuel (15 % d'hommes et 22 % des femmes).

Entre ceux auxquels on a directement demandé s'ils avaient eu une fois dans leur vie une expérience sexuelle avec quelqu'un du même sexe 17 % on dit que oui (12 % d'hommes et 24 % des femmes); alors qu’entre ceux auxquels on a demandé d'une manière indirecte 27 % de réponse affirmative (17 % d'hommes et 43 % des femmes).

Quand on demande directement, bien que ce soit d'une manière anonyme, le participant minimise son comportement et sa préférence homosexuelle. Lorsqu’on leur demande sur son attitude devant un homosexuel, ils insistent beaucoup en ce qu’ils acceptent un homosexuel.

Après avoir utilisé la méthode indirecte, la proportion de personnes qui n'approuvaient pas le mariage homosexuel a augmenté de 4 %; les participants qui n’aimeraient pas avoir un chef ou un chef appartenant au collectif LGTB a augmenté de 11 %; et ceux qui pensaient qu'une personne peut changer son orientation sexuelle si ainsi il le désire réellement est descendu de 22 % à 15 %.

Espagne, en tête d’acceptation de l’homosexualité.

88% des espagnoles enquêtés est à faveur d’une plus grande intégration des homosexuels, un des pourcentages les plus hauts du monde. Dans d’autres pays comme Niger, les homosexuels ont moins de chance vu que le niveau d’acceptation est de 1 %

06 mai 2017  - 
0
Partagez


* Le commentaire sera publique après révision.