FACEBOOK UN ENNEMI CACHÉ DANS LES RELATIONS DE COUPLES

Facebook est devenu un ennemi caché, sans le vouloir, des relations de couples. Être infidèle ou au moins l'être de pensée est si fail comme faire un click.

19 mai 2017  - 
0
Partagez
FACEBOOK UN ENNEMI CACHÉ DANS LES RELATIONS DE COUPLES

Depuis l'irruption des réseaux sociaux dans notre vie privée, le mot infidélité a pris un nouveau significatif. Nous n'observons pas autant sur si notre partenaire change d’habitudes ou d’horaires ou, même de comportement. Maintenant nous observons sur son activité sur le monde digital et la portée de ses likes

Facebook s'est converti en ennemi caché, sans le vouloir, des relations en couple. Être infidèle ou, au moins, l’être de pensée est si facile comme faire un click. C’est à notre portée d’être témoin de photographies, de commentaires et toute autre donnée, pour, erronément, arriver aux conclusions précipitées ou découvrir quelque chose que nous ne voulions pas savoir. Qu’est-ce qu’on vit bien dans l'ignorance!

Obsession pour les ‘j’aime’

Ce que nous savons de nos jours, et nous n’avons pas besoin de parler à beaucoup de gens pour arriver à ça, c'est que Facebook peut nous emporter à une dépression nerveuse. Combien de fois as-tu vérifiées aujourd'hui si cette personne qui lui semble spéciale donne "j’aime" ? Qu'est-ce qui se passerait si aujourd'hui ça n’arrive pas, mais oui sur la photo ou commentaire d'une autre personne ?

Il y a beaucoup d’occasions où l’on tire des conclusions erronées. Tu commences à te demander si la relation passe par une crise ou si tu n'es plus l'objet de désir. Sa peut paraître une folie, mais c’est certain que les comportements sur Facebook provoquent des drames, de l’anxiété, et ce qui est pire, si ça arrive quotidiennement, par la suite, nous viendra une crise nerveuse en grande pompe.

Adulte dans la vie réelle et quinze ans sur Facebook

Le motif pour lequel les personnes équilibrées et adultes se convertissent en adolescents enclins à être détectives privés n'est pas exactement connu, mais tous savons que quelque chose de rare existe. Il est possible que ce soit la variété d'information accessible (véridique ou pas) celle nous pouvons consulter sans laisser de traces.

Personne ne peut savoir que tu es en traine d’espionner un profil à moins que tu ne mettes un commentaire ou fasses "j’aime". Avec toute cette information disponible, tu peux monter mille histoires dans ta tête. Par exemple : pourquoi à elle on l’invite à la fête et pas moi? Pourquoi s'est-il mis dans ce groupe ? Pourquoi ne met-elle pas cette photo où nous sortons si amoureux ?

Que disent les psychologues

Ils y a de plus en plus de psychologues qui admettent passer des heures et des heures en parlant du Facebook de leurs patients et en divaguant sur le significatif des "j’aime". De nos jours, beaucoup d'utilisateurs méprisent l'effet de Facebook dans leurs relations sentimentales mais ce qui est certain est que ça va en augmentant et d'une manière négative

Avant, si tu te perdais une fête, les yeux qui ne voient pas font que le cœur ne sente pas, mais maintenant, la communauté se chargera de mettre des dizaines de photos, de les commenter de haut en bas et d'agrandir l'évènement tout ce que l'on peut et plus. Peut-être qu’ils n’ont pas passé un si bon moment, mais pour celui qui n'aura pas été à la fête, ce sera un coup de poignard ne pas avoir assisté.

D'un autre côté, Facebook a été positionné comme l'une des meilleures manières d'être en contact avec les autres. Si nous nous ennuyons un peu, nous pouvons un moment dans la vie de personnes qui nous semblent plus intéressantes que nous. Jusque-là, tout va bien, mais si quelqu'un met une photo qui nous incombe, et nous étiquète, il est possible que nous ayons des problèmes avec notre partenaire. Les mensonges ont toujours eu les pattes très courtes et maintenant, plus que jamais.

Dire au visage : il faut voir ce que tu es belle! Ce n'est pas la même chose que de le commenter sur Facebook. Probablement le fiancé ou la fiancée de la personne en question le prendrait très mal. L'expression retombera dans sa tête et pauvre de vous si il y a un deuxième commentaire du même genre.

C’est juste Facebook!

L'excuse, mis déjà dans une bataille de jalousie, ce n'est pas de le reléguer à : c’est juste facebook! Une étude faite en 2009 a souligné qu'il cause des ravages dans les relations de couple en ce qui concerne la jalousie. Même il y a une page qui s'appelle wonder how many relationships Facebook ruins every year" ("je me demande combien de relations ruine Facebook par an") qui va déjà par cent mille "j’aime".

La bêtise de Facebook peut être une petite fissure qui réussit à finir avec un mariage solide. Ces rencontres dix ans après dans le réseau peuvent signifier le commencement d'une pluie de "j’aime" pour passer après à une douche dorée, comme minimum. Et après cela, à voir comment nous reprenons le mariage avec propreté de corps et âme.

Dans le livre Facebook et son mariage, écrit par Jason et Kelli Krafsky, on conseille de ne pas abuser de "j’aime" ni de la possibilité de faire des commentaires parce qu'il porte à une sur exposition de la vie intime, et quand il est surexposé, on en perd le contrôle.

C’est applicable autant à un couple comme aux amis, il est possible que cette personne à qui vous commentez ou étiquetez sur une photo, ne soit pas du tout d’accord avec la publicité de sa vie. Demandez d'abord, aux uns et aux autres, si cette possibilité les gêne.

La bêtise de Facebook

La drague, le flirt sur Facebook est l'une des choses qui le font le plus attirant. C’est si facile de draguer sans engagement que des millions de personnes tombent dans cela et avec tout le goût du monde.

Une chose est de voir qu’on drague ta partenaire dans un bar et une autre est de voir comment ta partenaire répond plusieurs fois sur Facebook à ces dragues, que ce soit en exposant des photos, des commentaires, "j’aime" ou en échangeant des e-mails ou en passant des heures sur son chat.

19 mai 2017  - 
0
Partagez


* Le commentaire sera publique après révision.